Les 3 centres d'intelligence

Dans nos sociétés, la notion d’intelligence est généralement associée à une faculté cognitive (QI). Cependant, si elle se définit comme la faculté à s’adapter ou à adapter son environnement pour survivre, il est maintenant accepté que nous avons aussi une intelligence émotionnelle (QE) et pratique (instinctive).

Un des concepts fondamentaux de l’Ennéagramme s’appuie sur le postulat que tout être humain a trois modes d’attention, dits ‘centres d’intelligence’ (de renseignement, d’expression) dans lesquels il dépensera son énergie : un centre instinctif, un centre émotionnel et un centre mental.

Chaque centre a des objectifs spécifiques :

  • L’instinctif assure notre survie en comparant le présent aux expériences passées.
  • L’émotionnel nous permet de ressentir des émotions et gère nos désirs et nos relations, vivant dans l’instant.
  • Le mental nous permet de réfléchir et d’analyser en se projetant dans le futur et en anticipant les événements pour y faire face.

Ils sont comme trois modes d’interprétation de la réalité. Ils reçoivent, traitent et émettent spécifiquement de « l’information », jouant chacun son propre rôle. On peut faire un parallèle avec le fonctionnement tri-unique de notre cerveau : le cerveau reptilien qui régule la fonction corporelle (intuition, conscience corporelle, réponse au danger), le système limbique qui gère nos émotions, et le cortex préfrontal, siège de la cognition.

Aucun des 3 centres n’est meilleur qu’un autre, ni plus adapté face à l’environnement et aux évènements du quotidien. Relativement autonomes, ils peuvent être en accord ou en désaccord les uns avec les autres. Tout l’enjeu se résume dans notre capacité à les utiliser au bon moment. 

A chaque centre d’attention est associé 3 Types de l’Ennéagramme,
formant les 3 triades des centres

Le centre instinctif, ou centre corps, regroupe les Types 8, 9 et 1
Le centre émotionnel, ou centre coeur, regroupe les Types 2, 3 et 4.
Le centre mental, ou centre tête, regroupe les Types 5, 6 et 7.

Fonctions des centres

En règle générale, la centre instinctif se concentre sur le pouvoir et le contrôle, le centre émotionnel sur l’image et la relation aux autres et le centre mental sur l’analyse et la compréhension. Ces 3 centres jettent les bases sur lesquelles notre identité et nos actions se développent et s’expriment dans le monde extérieur. 

Le centre instinctif a en charge les processus d’action (faire, être actif ou passif, pouvoir). Le corps nous parle par la sensation. Il traite les impressions sensorielles de notre environnement. C’est là que nous faisons l’expérience de notre verticalité, de nos limites et de notre vitalité, de notre contact avec le monde. Lorsque les limites sont violées, le corps les réaffirme avec une agressivité naturelle. Il y a une sagesse profonde et tournée vers la vie dans notre ressenti. On le rattache ainsi à l’intelligence pratique.

Le centre émotionnel est le lieu des processus relationnels (bienveillance, amour, influence, acceptation, rejet, affiliation, affects). Il traite la qualité du regard des autres sur nous et sur nous-mêmes. C’est le siège de notre image de soi, de notre identité ou de notre sentiment de ‘qui nous sommes vraiment’. C’est là que nous faisons l’expérience de l’amour, de la valeur et de la profondeur (ou de leur absence !). Il a la capacité d’être ‘touché’, ce que nous savons lorsque nous sommes submergés par l’amour, la crainte ou le chagrin. La sagesse du cœur ne nous est accessible que lorsque nous pouvons être avec notre véritable expérience intérieure sans la contraindre dans le cadre d’une image de Soi inflexible. On le rattache ainsi à l’intelligence émotionnelle.

Le centre mental gère les processus mentaux (ex : fonctions jungiennes de Pensée, Sentiment, Sensation et Intuition). Il traite la réalité symbolique et organise nos concepts et nos croyances. Il interpole et extrapole à partir des données de notre expérience pour nous aider à comprendre le monde, à y naviguer et à imaginer des possibilités. Les pensées répétitives et réactives encombrent souvent notre esprit et empêchent l’émergence de nos idées les plus profondes. Mais avec la présence, nous pouvons apprendre à cultiver un esprit calme, dans lequel nous nous ouvrons à un vaste espace intérieur. On le rattache ainsi à l’intelligence cognitive, valorisée par nos sociétés, et quantifiée par le fameux Q.I. 

Expression des centres

Chaque Type résulte d’une relation particulière avec une émotion dominante vitale qui caractérise son centre. Plus simplement, les réponses à nos problématiques tournent autour d’une puissante réponse émotionnelle largement inconsciente face à la perte de contact avec notre essence : la passion.

Bien sûr, les 9 Types contiennent ces trois émotions, mais dans chaque centre, les personnalités des Types sont particulièrement affectées par leur thème émotionnel.

Dans le centre instinctif, l’émotion motrice est la colère / sentiment d’injustice
La colère apparaît lorsque nous considérons ne pas être traités dignement ou ne pas recevoir ce que nous voulons, ce dont nous avons besoin. Les Types 8, 9, 1 sont en quête de contôle et d’autonomie.

Dans le centre émotionnel, l’émotion motrice est la tristesse / sentiment de honte
La tristesse apparait lorsque nous expérimentons la perte de lien. Ces émotions sont reliées avec le centre d’intelligence du cœur, qui nous parle d’amour et de nourriture affective. Les Types 2, 3, 4 de ce centre sont en quête d’attention et de statut.

Dans le centre mental, l’émotion motrice est la peur / sentiment d’anxiété
La peur ou l’anxiété apparaissent lorsque nous expérimentons la menace, le danger ou l’insécurité. Ces émotions sont reliées avec le centre d’intelligence mental qui évalue ce qui peut rendre la vie sûre. Les Types 5,6,7 sont en quête de sécurité et d’orientation/

Les 3 Types dans chaque centre vont ainsi privilégier un traitement différent de leur moteur émotionnel : le réprimer,  le refouler, ou plus simplement le ressentir.
Quand l’émotion est refoulée, elle reste toujours présente en arrière plan, et se déchargera dès qu’elle rencontre une ‘situation appropriée’.

Les Types 3, 6, et 9 représentent les énergies primaires de chaque centre. La qualité énergétique propre au centre est dans son potentiel, non encore manifestée. 
Le point 3 est le moins émotif des types de cœur, le point 6 le moins têtu des types de tête et le point 9 le moins viscéral des types instinctifs. Leur énergie émergera dans sa manifestation vers une direction interne ou externe..

Direction d'utilisation des centres

En plus de la prévalence de son utilisation, les 3 Types associés à chaque centre se distinguent par la gestion de leur énergie en privilégiant une orientation spécifique : vers leur monde interne,  leur intériorité, vers le monde externe, leur environnement, ou en quête d’équilibre entre les mondes interne et externe.

La même direction d’utilisation s’applique 
aux 3 centres d’un Type

Direction intérieure préférée
Le centre a une préoccupation interne, son attention est dirigée vers nos propres préoccupations et notre monde intérieur. Le Type cherche à avoir un impact sur lui-même à travers son centre.

  • Le 1 s’oriente vers son monde intérieur pour essayer de se contrôler.
  • Le 4 s’oriente vers son monde intérieur pour se créer sa propre image.
  • Le 7 s’oriente vers son monde intérieur pour imaginer, et bâtir ses propres plans sur l’avenir. Sous stress, il se coupe de son monde intérieur en quête de plaisirs externers pour échapper à sa souffrance.

Direction extérieure préférée
Le centre a une préoccupation externe, son attention est dirigée vers l’environnement et les autres. Le Type cherche à avoir un impact sur le monde extérieur à travers son centre.

  • Le 2 s’oriente vers les besoins des autres pour les aider.
  • Le 5 s’oriente vers le monde extérieur pour l’observer et l’analyser. Sous stress, il se coupe du monde extérieur pour se réfugier en lieu sûr et accumuler des ressources.
  • Le 8 s’oriente vers le monde extérieur pour chercher à le contrôler

Directions intérieure et extérieure
Le centre a une préoccupation à la fois interne et externe en essayant d’y trouver un équilibre dans ce paradoxe. Le Type cherche à avoir un impact sur lui-même et sur le monde extérieur à travers son centre.

  • Le 3 s’oriente vers ses émotions et celles des autres pour se donner de la valeur
  • Le 6 s’oriente vers la compréhension de soi et de son environnement pour être protégé et guidé.
  • Le 9 s’oriente vers soi et les autres afin d’éviter le chaos et maintenir en paix.

Hiérarchie des centres

Le centre préféré (ou dominant) et sa direction d’utilisation expriment la manière non appropriée dont nous privilégions l’une des fonctions instinctive, émotionnelle ou mentale.

Chaque Type possède en lui les 3 centres qui interagissent entre eux mais ne les utilise pas de façon égale. Aucun n’est meilleur qu’un autre mais en fonction de son histoire, chaque individu va construire sa personnalité en définissant une hiérarchie d’utilisation, privilégiant l’un des trois centres qui va monopoliser la plus grand part de notre énergie au détriment des deux autres. Ce centre préféré strop utilisé va entraîner une perception déformée de la réalité.

Chaque Type considère la vie à travers les valeurs égocentriques
d’un centre et nie l’importance des deux autres.

Le centre préféré et son utilisation vers l’intérieur et/ou l’extérieur est mal-utilisé, parce que trop ou hors de propos.

Le centre de support, dit aussi secondaire, est mal utilisé parce que toujours pour satisfaire les objectifs du centre préféré, Dans l’absolu, il devrait pouvoir fonctionner en toute autonomie.

Le centre réprimé est mal utilisé car le moins sollicitéperçu comme dangereux, ou source potentielle de souffrance. C’est celui dont l’utilisation nous pose le plus de problèmes au quotidien et le premier que nous cessons d’utiliser en cas de fatigue ou de stress. 

Nous sommes souvent conscient de notre centre préféré, moins de notre centre réprimé. Pourtant, ce dernier contrôle silencieusement notre personnalité.

Des trois, le plus sain est généralement le centre de support si on réussit à le faire fonctionner de manière autonome et non pas au service du centre préféré. 

Par exemple, le Type 2 va privilégier son centre émotionnel soutenu par son centre mental, et  réprimer son centre instinctif. Le Type 7 va privilégier son centre mental soutenu par son centre instinctif et réprimer son centre émotionnel.

Le centre dominant et sa direction d’utilisation sont indépendants

La préférence d’un centre est quantitative,
elle ne présume en rien de sa qualité d’utilisation

L’Ennéagramme propose de rééquilibrer l’utilisation de ces 3 centres en les réintégrant à leur juste utilisation, en fonction du contexte à appréhender.

Répression d'un centre

Si les trois centres fonctionnent de façon relativement autonome, en s’accordant les uns avec les autres, le rouage peut se heurter à une situation de blocage.
Si nous avons par exemple à prendre une décision (centre mental) nous pouvons être confrontés à l’incapacité de sa mise en œuvre (centre instinctif). Il arrive aussi que nous ressentions en nous un conflit entre le cœur (centre émotionnel) et la raison (centre mental). 

Chaque Type considère la vie à travers les valeurs égocentriques
d’un centre et nie l’importance des deux autres.

La répression d’un centre peut s’exprimer de deux manières : frénésie ou paralysie. Elles correspondent aux moments de désintégration externe et/ou à des moments de contre-passion où le Type perd son orientation.

La répression d’un des 3 centres est liée à une décision de l’enfant considérant son utilisation comme danger ou source de souffrance. Dans ce contexte, cette notion signifie mauvaise ou sous-utilisation et négligence des capacités du centre, pouvant conduire dans les cas extrêmes à sa suppression . En tant normal, le centre réprimé est sous-utilisé. En cas de désintégration interne, il se met à fonctionner mal (emballement) ou à ne plus fonctionner (paralysie).  

Répression du centre instinctif 
Être peu orienté vers l’action et avoir une tendance au retrait, à l’observation et/ou à la réflexion. Il induit une perte d’espérance : réactions explosives ou paresse, actes irresponsables ou infantiles.

Répression du centre émotionnel
Exprimer peu ses émotions et ne pas trop prendre en compte les facteurs humains pour atteindre ses buts. Il induit une perte d’amour : irritabilité, critiques, exigences

Répression du centre mental 
Être un peu confus à propos du futur, ne pas toujours avoir une vision globale des choses et tourner son attention vers les détails et/ou vers les réactions des autres. Il induit une perte de confiance : doute de ses capacités à comprendre, entêtement sur des détails, rigidité, fermeture aux idées nouvelles.

La tendance à la dépression est nettement plus forte chez les Types réprimant le centre instinctif

Bascule d'un centre

La bascule caractérise uniquement les Types 3, 6, 9 situés sur le triangle qui vont co-réprimés deux centres. Si la compulsion d’évitement est mis en échec, le centre préféré de ces Types bascule et devient co-réprimé, se retrouvant ainsi hiérarchiquement en dernière position, le centre de support prenant la première place. 

Dans ce cas, les Type de Triangle auront tendance à s’identifier à leur centre de support, le plus fonctionnel, ce qui participe aux erreurs d’identification de son Type.

Intégration des centres

L’intégration dans son Type, c’est l’utilisation des trois centres d’intelligence non plus en hiérarchie, mais de manière appropriée dans un contexte donné. Plus on donne dans la vertu du Type, plus on est intégré :  l’on passe de sa passion/fixation à sa vertu/idée supérieure. Vous vous intégrez dans votre Type en faisant un travail sur le rééquilibrage des centres

L’émotionnel a besoin d’une compréhension instinctive pour le soutenir ou il manque de direction et se tourne vers l’intérieur.

Le mental a besoin d’une compréhension émotionnelle pour le soutenir ou il cesse d’être pertinent pour le monde extérieur. 

L’instinct a besoin de la flexibilité du mental pour le sauvegarder, car ses décisions binaires sont trop simplistes et limitatives.

Pour équilibrer les centres

Modérer votre centre dominant s’il est surexprimé,
en l’utilisant intelligemment
Ajuster votre centre de support
pour vous assurer qu’il est conscient et sain
Accepter votre centre réprimé, en vous y connectant avec compassion
pour lui donner sa place
error: