L’Ennéagramme propose un continuum vertical d’intégration/désintégration pour chaque Type, 
segmenté en 9 niveaux de santé.

L’une des différences les plus importantes entre les humains réside dans leur niveau d’équilibre physique, mental et émotionnel. Une personne équilibrée est paisible à l’intérieur, calme et centrée la plupart du temps. Elle est saine et entière. Une personne déséquilibrée est soumise à des habitudes émotionnelles, physiques ou mentales qui l’emprisonnent et lui cachent la réalité. Le sentiment subjectif de déséquilibre est la maladie, le malaise, la peur ou la présence de tout autre type de souffrance. On parle de niveaux de santé ou de conscience pour exprimer notre capacité à être présent et à maintenir le contact avec le moment. 

Ainsi, ces différents niveaux de conscience expliquent les variations entre les personnes d’un même Type, mais permet aussi de voir le niveau de d’intégration au sein du type en mesurant son degré d’identification avec sa structure de personnalité, enfermé dans ses automatismes ou libéré en conscience. D. R. Riso et R. Hudson sont les grands contributeurs de cette approche verticale de l’Ennégramme.

Les Niveaux de Santé sont regroupés en 3 gammes

On dit d’une personne qu’elle est ‘saine’ (bonne santé), ‘moyenne’ (moyenne santé) ou ‘malsaine’ (mauvaise santé) selon son niveau de conscience et son degré de maîtrise de sa compulsion d’évitement. Ainsi deux personnes d’un même Type peuvent être très différentes dans leur rapport à eux-mêmes où dans la façon dont elles vont gérer les circonstances selon un contexte de stress ou équilibré. 

À mesure que nous nous désintégrons, nous perdons notre présence. Nous nous concentrons sur le passé ou le futur, sans vivre pleinement l’instant présent. Nous nous identifions tellement à nos personnalités que nous sommes éloignés de la vraie nature de notre être.

Aux niveaux intégrés supérieurs, les trois centres de la tête, du cœur et de l’intestin sont engagés, tandis qu’au niveau le plus bas, nous avons perdu la connexion avec les trois centres. Notre ego règne alors en maître. Par conséquent, notre sentiment de liberté devient restreint et la vie exténuante. 

À des bons niveaux d’intégration, tous les types se sentent bien en terme de confort de vie. A de forts niveaux de désintégration, tous les types se sentent mal. Aux niveaux moyens qui sont ceux de la plupart des gens, la souffrance est plus grande chez les 1, 4 et 6 et le confort plus élevé chez les 3, 7 et 9.

niveaux sante enneagramme

Gamme saine / Bonne santé / Niveaux 1, 2, 3

Nous ne sommes pas fortement identifiés avec notre personnalité. Nous sommes libres de nous exprimer à travers un large éventail de comportements avec équilibre et cohérence. Nous croyons que nous pouvons exprimer et renforcer notre identité en l’abandonnant et en agissant d’une manière compatible avec elle. Il y a une sensation de fluidité, d’être pleinement engagé dans la tâche à accomplir, de se déplacer avec peu ou pas de friction contre le monde interne et externe.

1. Niveau de libération : Ego transcendé. Équilibre et liberté

2. Niveau de capacité psychologique : Ego identifié comme la base d’un mode particulier d’être

3 . Niveau de don social : Ego opérant de manière constructive, sublimant avec succès

Gamme moyenne / Moyenne Santé / Niveaux 4, 5, 6

Dans cette gamme, nous pensons être notre personnalité. Un déséquilibre apparaît et le champ des préoccupations se rétrécit. Davantage préoccupés par notre image, nous nous concentrons davantage sur notre identité et voulons être vue d’une manière spécifique par les autres. Nous utilisons les rôles sociaux, la manipulation et le contrôle des autres en fonction de nos propres besoins, sans prendre trop en considération les leurs. 

4. Niveau de fixation : Perte de contact avec la présence et la prise de conscience, début du ‘sommeil’  comme le supposait le rôle de l’ego 

5. Niveau de conflit interpersonnel : Environnement de contrôle de l’ego pour répondre à ses besoins – manipulateurs et défendus

6. Niveau de surcompensation : Inflation de l’ego, défense agressive de l’identité de l’ego. Exiger que les autres / la réalité soutiennent l’agenda de l’ego

Gamme malsaine / Mauvaise Santé / Niveaux 7, 8, 9

Dans cette gamme de stress aigu ou chronique, notre concentration est tellement restreinte sur notre identité que nous rompons souvent avec la réalité. Nous nous voyons d’une manière complètement différente de la façon dont les autres nous voient. 
Nous devenons dysfonctionnels avec des comportements pathologiques, susceptibles de développer des troubles de la personnalité et pouvons éventuellement sombrer dans la psychose. 

7. Niveau de violation : Ego disposé à se violer et à maintenir les autres. Abusif, dévalorisant, désespéré (une pathologie grave survient)

8. Niveau d’illusion et de compulsion : Ego-soi hors de contrôle et hors de contact avec la réalité (troubles majeurs de la personnalité)

9. Niveau pathologique : Pathologie extrême ou mort (psychose)

La majorité d'entre nous se déplace dans la gamme moyenne

Ces étapes ne sont pas fixes. Le niveau à partir duquel nous agissons, basé sur un sentiment de stress ou de paix, peut changer au cours d’une même journée, en se déplaçant d’un ou deux niveaux. 

Peu de gens sont capables de se maintenir constamment dans les trois niveaux supérieurs. Toute personne travaillant sur l’amélioration de soi est en mesure de progresser d’un ou deux niveaux sur une base plus permanente, mais le plus souvent, la majorité d’entre nous se déplace dans la gamme moyenne entre les niveaux 4 et 6.

Dans les trois niveaux inférieurs,  nous perdons contact avec la réalité et devenons  dysfonctionnelsCependant, nous ne passons pas d’un coup de 3 niveaux inférieurs, à moins d’un contexte traumatisant.  

Il est à noter que chaque Type a un comportement paradoxal entre sa bonne et sa mauvaise santé.  

Par exemple, en s’intégrant, une personne intimidant les autres devient le rédempteur de ses victimes, les aidant à être forts, ou une personne authentique emploiera le mensonge lorsqu’elle ira vers la désintégration.

Psychoses et névroses

La psychose se traduit par un désinvestissement de la réalité extérieure et un surinvestissement de soi-même. Le psychotique vit dans son monde, n’a pas conscience de sa maladie, ne perçoit pas ses troubles ; il est en rupture avec la réalité. Cette perte de la réalité se manifeste par des délires, des hallucinations.

Les troubles psychotiques altèrent gravement l‘individu, et nécessitent généralement une hospitalisation souvent durable. Une prise médicamenteuse qui agit sur le psychisme semble inévitable pour stabiliser la personne (neuroleptiques : séduits, désinibiteurs..)

Exemple de psychoses : la schizophrénie, le trouble bipolaire, personnalité borderline

Nouus sommes tous plus ou moins névrosés

La névrose est en quelque sorte une solution adaptée par le sujet pour faire face aux difficultés qu’il rencontre dans sa relation au monde extérieur. Elle se caractérise par des conflits intra-psychiques qui transforment la relation du sujet à son environnement social, en développant des symptômes spécifiques en lien avec les manifestations de son angoisse.

Elle entraîne une perturbation de la personnalité sans pour autant empêcher la personne de vivre normalement. Le névrosé vit dans la réalité et a conscience de son déséquilibre. Diverses psychothérapies vont permettre à la personne de le retrouver  et diminuer ses peurs, angoisses, stress, somatisations diverses et variées face aux situations qu’elle perçoit comme anxiogènes.  (TCC, hypnose, sophrologie..)

Exemples de névroses : les crises d’angoisse, l’hystérie, les phobies, les TOC (=névrose obsessionnelle), les dépressions, l’hypochondrie...

error: